2000, Java – “Et Dieu créa la flemme”

Java is a French rap group, formed in 1997 and currently composed of François Xavier Bossard (accordion/keyboard), Erwan Seguillon (singer/songwriter), Jérôme Boivin (double bass) and Alexis Bossard (drums).
The band is famous for its lyrics that contain a lot of puns, and for its musette musical style, using accordions.
“Et Dieu créa la flemme” is a pun on the word: la femme. La flemme is a colloquialism for laziness. This song appears on their debut album, Hawaï, which came out in 2000.

Lyrics (Paroles)

C´était un jour pas comme les autres
Commence par une chose extraordinaire
J´me suis réveillé la tête dans l´cul
Ça m´était pas arrivé d´puis hier
Rien à faire, qu´est-ce que je fais là?
Un jour de plus d’ennui mon foie me pardonne plus
Je crois que c´était un samedi

J´suis rentré dans une église j´ai appelé Dieu comme Don Camillo
J´avais vu le film à la télé mais rien à faire, il sortait rien de là-haut,
J´me suis dit un tel mégalo y a qu´une solution pour le sortir de la perfection
Alors je l´ai traité de tous les noms : gros con, enculé,
Descends si t´es un homme,
J´la prends dans le bain Marie,
J´lui fais parler toutes les langue de Babel et j´te maudis
La terre à tremblé, bruit de tonnerre, deux mille ans
Qu´il avait pas mis les pieds sur Terre
Il a tapé une Christ…de nerfs

J´ai tapé le flip devant l´Barracuda
Il avait moins l´physique de Jésus Christ
Que celui d´Bouddah,
J´ai joué les martyrs et il m´a pardonné
Il a fait une croix sur l´embrouille et on a bu un demi
Accompagné de quelques olives,
J´lui ai dit c´est quoi l´art de vivre,
Le monde moderne m´emmerde j´ai pas l´esprit d´initiative.

Mais qu´est-ce que j´fais là, affalé, fou fêlé un fainéant
J´ai l´flow décontracté du gland
J´ai des relents d´buffet froid,
Y en a qui rêvent de soirées Ferrero, de Ferrari,
Moi j´voudrais finir comme dans la Grande Bouffe de Marco Ferreri [x2]

Il voulait voir le désastre,
J´l´ai emmené à Pigalle
Surpris et naïf, il a été choqué
Mais dans ses yeux s´est allumée une lueur de vice
Il m´a dit “J´veux voir des gens en transe qui prient pour ma face”
“Une église?”
“Non quelque chose de plus classe”
J´ai fait “taxi! Au Palace”

Dans la teboi on était frac´, que d´la tétech qui t´pète les n´rones
Un max de dep, quo derch, dilate
Pas trop mon truc
J´ai fait “On s´arrache ”
“Faudrait que j´me lâche, t´as rien à mefe?”
“Tu veux du teuchi?”
“Amène l´icône” et il a pris un exostie
Il a fait la danse de Saint-Guy,
On s´est fini en after à l´Enfer
Il a croqué le fruit défendu il est parti
S´envoyer en l´air à l´hôtel
Avec une bombe sexy qui avait le diable au corps
Pécher les chairs et les plaisirs de la vie
Et puis à onze heures du matin
J´l´ai repêché gisant tout en suaire
Avec une bonne crise de foi
Il a béger baptisant l´parterre
Son souffle divin avait des relents d´outre-tombe
Il m´a dit “Où est la lumière? Je sombre…”

Mais qu´est-ce que j´fais là, affalé, croquant le fruit défendu,
Tout ce qui est foireux me fascine,
Il faut que je me casse avant d´être foutu
On est quel jour? Dimanche,
Le septième : faut que je change le système
Et Dieu créa la flemme [x2]

C´était devenu un frère un compagnon de galère
Pour moi il a fait un pacte avec Saint-Pierre
J´ai l´droit d´emmener un pack avant ma mise en bière
Et puis il a voulu rentrer chez lui
On a pris le premier RER, de cinq heures et demi
L´omnibus pour l´paradis,
On a fait un arrêt à l´épicerie,
Mais arrivés à la gare, c´était la grève,
Ils voulaient rentrer dans l´au-delà
Mais on était d´dans jusqu´au cou sur un banc
Cherchant du rêve
On est resté à regarder les hommes
Brasser du vent
Si vous cherchez une fin à la chanson,
Bah y en a pas vraiment, hein; on a juste fini par se demander

Mais qu´est-ce que j´fais là, affalé, fou fêlé un feignant
J´ai l´flow décontracté du gland
J´ai les relents d´buffet froid,
Y en a qui rêvent de soirées Ferrero, de Ferrari,
Moi j´voudrais finir comme dans la Grande Bouffe de Marco Ferreri [x2]

Mais qu´est-ce que j´fais là, affalé, fou fêlé un fainéant
J´ai l´flow décontracté du gland
J´ai les relents d´buffet froid,
Y en a qui rêvent de soirées Ferrero, de Ferrari,
Moi j´voudrais finir…
Mais tu peux pas, t´es infini

Comments are closed.